#thefightmustcontinue 

By: Civil Society For Malaria Elimination (CS4ME)

La période de crise liée à la pandémie de COVID -19 qui capte l’attention mondiale depuis le mois de Janvier a compromis la tenue des activités classiques autour de la 13eme Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme. Cependant, grâce à la forte mobilisation des Organisations de la Société Civile  (OSC) membres de CS4ME, première plateforme mondiale des OSC engagées pour l’élimination du paludisme,  qui ont fait preuve d’ingéniosité pour multiplier les actions possibles à distance, l’importance de la lutte contre le paludisme a été fortement rappelée et maintenu dans l’agenda de tous.

Parmi elles, Impact Santé Afrique (ISA), l’organisation qui coordonne les actions de CS4ME, a mis sur pied deux conférences en ligne avec la collaboration de  l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires tels que RBM Partnership to End Malaria, Malaria CSO Platform GMS, EANNASO, ACOMIN, WACI Health, GFAN Africa, Speak Up Africa, APDSP, RAME et ONEN, sur le thème : « Éviter une crise liée au paludisme : Actions collectives pour un plus grand impact ».

Le webinaire en langue française s’est tenu le 22 Avril et celui en langue anglaise le 23 Avril 2020. Chaque webinaire sur la plateforme ZOOM a été suivi par plus de 100 participants issus de 27 pays différents, des acteurs des Organisations de la Société Civile et médias aux représentants des Programmes Nationaux de Lutte contre le Paludisme et autres partenaires. Des centaines d’internautes ont également pu suivre les conférenciers en direct grâce à l’application FacebookLive.

 

En cette période de pandémie qui menaçait de ternir la portée des actions autour de la Journée Mondiale du Paludisme, Impact Santé Afrique (ISA) a également concentré ses efforts à solliciter des interventions d’experts africains de la lutte contre le paludisme dans les médias nationaux et internationaux. C’est ainsi que Dr Corine Karema du Rwanda, Pr Ibrahima Seck du Sénégal, et les leaders d’Organisations de la Société Civile que sont M. Hamza Djibo du Niger, Ayo Iponmoye du Nigéria et d’autres ont permis la diffusion, en réponses aux questions des journalistes, de messages d’informations aux populations sur les méthodes de prévention, de diagnostic et de prise en charge du paludisme à l’approche de la saison pluvieuse où cette maladie fait encore plus de ravages. Certaines interventions ont été reprises par les pages d’actualité des géants du net : Yahoo, MSN, et Apple le 25 avril 2020.

Sur France 24, Africanews, RFI et d’autres médias fortement écoutés à l’international, Olivia Ngou, fondatrice et directrice exécutive de ISA, a de son côté  fait retentir la sonnette d’alarme sur la nécessité pour les décideurs locaux d’assurer l’augmentation des ressources nationales allouées à la santé pour faire face à la fois au COVID-19, au paludisme et aux autres épidémies qui causent des milliers de décès en Afrique ; En plus de rappeler que les actions de lutte contre le paludisme risquent de stagner voire reculer si l’attention et les efforts sont relâchés en cette période de crise de Coronavirus.

Dans les réseaux sociaux, la campagne « #Thefightmustcontinue », largement suivie grâce aux centaines de membres de la plateforme des Organisations de la Société Civile pour l’Elimination du Paludisme CS4ME a également accompagnée le mouvement en cette 13eme Journée Mondiale.

Enfin, mais pas des moindres, une Déclaration de la plus haute importance, élaborée à l’issue de consultations et de travaux de groupe par les membres de la plateforme Civil Society For Malaria Elimination (CS4ME) dont Impact Santé Afrique assure le secrétariat, a été publiée les 24 et 25 avril 2020, en français, anglais et portugais à l’attention des dirigeants et décideurs des pays africains et asiatiques.

Une Déclaration qui rappelle qu’à l’heure où la planète traverse la crise sanitaire due au COVID-19 qui a déjà couté la vie à des dizaines de milliers de personnes, le paludisme continue malheureusement lui aussi de sévir dans le monde. Et tout comme le COVID-19, il ne fait pas de distinction. Il s’attaque aux communautés les plus vulnérables qui n’ont pas accès aux services de prévention et soins de qualité à temps.

Dans ses points clés, la Déclaration rappelle la nécessité d’augmenter l’allocation des ressources nationales pour la santé et donner la priorité aux interventions à haut impact et dirigées par la communauté ; De veiller à ce que des outils de lutte contre le paludisme de haute qualité et des produits efficaces (tels que des Moustiquaires Imprégnées d’insecticide à Longue Durée d’Action) continuent d’être déployés dans les communautés, même les plus isolées ; D’accroître les capacités techniques, financières et institutionnelles de la Société Civile et des organisations communautaires afin qu’elles puissent contribuer encore plus efficacement et qualitativement à la réduction de la morbidité et de la mortalité dues au paludisme ; De développer les interventions communautaires contre le paludisme en augmentant le nombre d’Agents de Santé Communautaires (ASC) formés, équipés et rémunérés équitablement ; D’assurer la protection du personnel de santé et des agents de santé communautaires qui sont essentiels pour la continuité des services de lutte contre le paludisme pendant la crise COVID-19.

La Déclaration CS4ME a été généreusement partagée aux partenaires, médias, parlementaires, acteurs du secteur privé, Ministère de la Santé Publique du Cameroun, 45 Programmes Nationaux de Lutte contre le Paludisme d’Afrique, Secrétariat Général du Ministère de la Santé Publique du Niger et l’ensemble des membres de la plateforme CS4ME, en plus des réseaux sociaux.

Elle est disponible dans sa totalité à l’adresse suivante: https://cs4me.org/actu-ressources/nouvelles/journee-mondiale-de-lutte-contre-le-paludisme-2020-la-declaration-conjointe-des-osc/?lang=fr

Post a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *